L'accoudée au bar

Rubrique décalée à la façon d'une cabossée lucide. Le principe est vérifié : accoudé au bar on boit mieux ! De fait, l'addiction mène loin des grandes salles, Zénith et autres Olympia où le bar est loin. Aller boire dans les petits coins, vers les buvettes... ce qui s'y joue, c'est "l'accoudée au bar" partie pour des tournées générales !



L'adossée au bar #1

L'accoudée #1
LUCY DIXON TRIO

J’analyse en quelques verres. J’avoue publiquement mes addictions. Je les confesse thérapeutiquement accoudée au bar comme d’autres allongées sur canapé. Mais pour mon coming-out, pas question de m’accouder n’importe où. Le zinc de la Bellevilloise m’a semblé idéal ! Imagine Jean Jaures lui-même y a levé son coude.

Un lieu chargé de belles histoires, plutôt pas mal comme premier pousse aux crimes. Un endroit qui en 1877 avait l’ambition de permettre aux démunis l’accès à l’éducation politique et à la culture. Un lieu de résistance façon maison du peuple où l’on prônait d’avant-garde le commerce équitable, la culture pour tous, un tout petit peu la révolte… un 6 décembre 2015, pas mal comme bastion d’où exercer ma prose, en live dans un lâcher prise la laisser filer.

Et donc nous y voilà ! La Bellevilloise accueillait ce week-end, le premier salon de la guitare, j’ai hésité mais j’aurais été un peu trop chargée si j’avais fait aussi pit-stop à la buvette. En plus j’avais bal ! Le grand bal Swing qui sévit dans la place depuis quelques années. Rendez-vous parisien des Ginettes en goguette et des marlous avec et sans casquettes. Pas encore grisée j’y ai tenté quelques pas initiatiques, sous contrôle de Paulo spécialiste du genre et de sa petite moustache. Lever la jambe avant de lever le coude ça me va ! Petits pas de Charleston, mini chorégraphie dansée sur All of me… ça donne soif. Position de repli !

Accoudée au bar, ils s’amènent à l’heure comme sur le programme. La bande a Lucy sur scène : deux manouches, contrebasse du tout bon pour faire swinguer. La fille prend son micro et enchaine direct. Les garçons la suivent. La fête est partie ! Sous les standards revisités avec style, le dancefloor se transforme en ballroom comme par magie. Sur son Black Bird j’en lâche mon verre. Je me rapproche histoire de m’en mettre un bon coup derrière les oreilles. Je ne te parle pas du son de Samy, les garçons on les connait comme notre petite famille. Le Jazz manouche c’est leur credo. Petits fils absolument pas éloignés de Django, ils n’en ratent pas une. Des complices de longues dates ces trois là ! Ca glisse comme une goulée de Jack. A croire tes oreilles parties dans les années 40, juste à écouter ce swing qui percute et qui t’en colle une à te les décoller. Alors quand Lucy nous la joue Ginger jusqu'à la pointe des pieds et qu'elle nous tape la semelle. Crois-moi ça méne les bavards à s'taire.Fred, lui-même, n’y trouverai rien à dire.

Après le concert elle me dira d'ailleurs de son accent natal made in london : "le Swing c'est ce qui me nourrit. Le Swing c'est l'amour. Le Swing c'est la joie. Le Swing c'est la vie." Lucy Dixon. Une fille qui a le Swing de cap en pied, qui en parle comme de la poésie, j’en boirais presque du petit lait si j’osais ! Pas téméraire, je prend un dernier verre à la roots. Quand on aime il faut partir... pas trop bourrée ! # C.V. © Alain Trinckvel

Lucy Dixon Trio avec
au Swing Samy Daussat, David Gastine (guitares) Sébastien Gastine (contrebasse)
et Lucy Dixon chant et tap dance.

Live Lucy Dixon Trio Swing La Bellevilloise
Lire aussi
  • L'accoudée au bar #1
    Lucy Dixon Trio
    Grand bal Swing - La Bellevilloise

    06 déc. 2015

  • Evénement - Autour
    de la guitare, Amiens 2015

    12 mai 2015

  • Blues - Du Blues dessiné,
    le noir profond de Mezzo

    03 nov. 2015

  • Blues - Keith Richards
    préface Muddy Waters

    12 mai 2015

Archives

Swingnews' Quintêtes

Copyright © Swingnews 2016 - Tous droits réservés.